Sélectionner une page

L’ESEM France, plateforme d’orientation spécialisée dans les études médicales et paramédicales, nous donne son avis et ses conseils pour devenir chirurgien.

La chirurgie un métier relationnel avant d’être technique

Pour les jeunes diplômés, il est important d’avoir bien en tête que la chirurgie n’est pas seulement un métier technique mais également relationnel. Il faut aimer les gens. Il faut avoir envie de s’occuper d’eux et pas seulement sur le plan technique ou technologique. C’est absolument essentiel parce que ce professionnel doit d’abord poser l’indication opératoire donc voir les patients en consultation. De plus, il doit aussi s’occuper du suivi post opératoire de ces derniers. L’humain est donc primordial.

Avoir le goût du travail en équipe

La chirurgie en solo est terminée. En effet, le chirurgien travaille en équipe, non seulement avec les anesthésistes mais également avec d’autres chirurgiens et médecins. La profession se dirige de plus en plus vers le médico-chirurgical avec une prise globale du patient et pas seulement sous l’angle technique. La chirurgie est de plus en plus mise en relation avec d’autres spécialités comme l’imagerie ou encore la cancérologie. L’avis de l’ESEM France est donc d’apprendre à travailler en équipe avec les autres chirurgiens mais aussi avec toutes les autres spécialités médicales avec qui il est possible d’établir un vrai partenariat.

Etre disponible

Chirurgien est un métier qui demande de la disponibilité. Il ne faut pas compter ses heures, puisque les fameuses 35 heures passent en deux jours et demi pour ce professionnel.

Aimer la responsabilité

Etre chirurgien implique de lourdes responsabilités. Bien qu’elles ne soient pas écrasantes, elles existent. Les jeunes ne doivent pas être trop inquiets à ce sujet. En France, les chirurgiens ne risquent pas un procès aussi souvent qu’aux Etats-Unis. De plus, si le professionnel a suivi une bonne formation et qu’il assure un bon suivi de ses patients, les risques de procédure sont extrêmement rares. Cela fait partie du métier, il faut donc l’accepter. De plus, les patients sont de plus en plus exigeants, d’où l’importance d’avoir un bon relationnel.

Aimer l’innovation

La chirurgie, comme tous les domaines clés de la médecine, bouge beaucoup et donc la façon dont les jeunes vont apprendre la chirurgie quand ils vont commencer leurs études et leur formation sera tout à fait différent de ce qu’ils feront dix ans plus tard.

Alors qu’il y a une trentaine d’années, les professionnels pratiquaient la même chirurgie pendant 10 ou 20 ans. Maintenant les choses évoluent très vite, il est donc important de se remettre en question et de réapprendre certaines techniques tout au long de sa carrière.

L’ESEM France cite par exemple les énormes progrès en termes d’assistance robotique, de miniaturisation et d’imagerie 3D.